Manger du yaourt, manger sainement

Alimentation durable  – un modèle d’avenir ?

YINI Live Virtual Conference on Sustainable diets

Par Azmina Govindji RD MBDA.

Le 10 décembre 2020, une centaine de participants se sont joints à un événement YINI en direct pour écouter Pieter Van’t Veer de l’université de Wageningen, aux Pays-Bas, parler des principes de l’alimentation durable. Il a fait découvrir aux participants le régime alimentaire de référence mondial de l’EAT-Lancet et comment un seul régime alimentaire ne peut convenir à tous les pays. Il a aussi partagé ses idées à partir d’un modèle mathématique unique qui peut englober la nutrition, la durabilité environnementale et des améliorations réalistes de l’apport alimentaire.

Qu’est-ce qu’un régime alimentaire durable ?

Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, un régime alimentaire durable doit avoir un faible impact sur l’environnement et contribuer à la sécurité alimentaire et nutritionnelle et à une vie saine pour les générations actuelles et futures. Il doit être :

  • protecteur et respectueux de la biodiversité et des écosystèmes ;
  • culturellement acceptable, accessible, économiquement équitable et abordable ;
  • adéquat sur le plan nutritionnel, sûr et sain ;
  • tout en optimisant les ressources naturelles et humaines.

Le professeur Van’t Veer fait ainsi remarquer que « le venin est dans la queue » : l’optimisation des ressources naturelles et humaines (dernière phrase) doit tenir compte de l’acceptabilité culturelle. Cela s’avère être une tâche beaucoup plus difficile qu’il n’y parait.

Une taille unique ne convient pas à tous

La recommandation globale de EAT-Lancet suggère que nous devrions limiter la viande rouge et les féculents et que la consommation des œufs, de la volaille et des produits laitiers pourrait être facultative. Les aliments à favoriser comprennent le poisson, les légumes, les fruits, les légumineuses, les céréales complètes et les fruits secs. Cependant, il est essentiel de reconnaître que le régime de EAT-Lancet est un régime de référence mondial. Pour que les gens améliorent leur alimentation, il est nécessaire de tenir compte, entre autres, de leurs préférences alimentaires et de leur culture.

Sustainable diets- a SHARP model for the future - picture1

Cette présentation a porté principalement sur la viande rouge et les produits laitiers. Selon l’étude EAT-Lancet, la consommation de viande rouge est généralement trop élevée, surtout dans le monde occidental. En ce qui concerne les produits laitiers, nous constatons l’inverse : pour la plupart des régions du monde, la consommation de produits laitiers doit augmenter, mais il faudrait qu’elle diminue en Amérique du Nord.

Cela indique que les implications pour les recommandations alimentaires nationales sont différentes selon les régions, la culture alimentaire et même selon les individus. Les diététiciens sont formés d’une certaine façon pour adapter un régime alimentaire plus durable à l’individu, de sorte que le régime de référence mondial doit évidemment être ajusté dans la pratique.

Qu’est-ce qui fonctionne pour le consommateur ?

Les préférences alimentaires et le goût, mais aussi le prix et la commodité sont des éléments très importants dans les choix alimentaires.

Dans le cadre d’une enquête européenne, les consommateurs ont été interrogés sur l’acceptabilité d’une série de produits pouvant remplacer la viande. Ils se sont montrés les plus ouverts aux alternatives d’origine animale, ce qui n’est évidemment pas le meilleur résultat en terme de durabilité. Ils étaient moins ouverts aux alternatives d’origine végétale, et encore moins aux nouvelles sources de protéines comme les insectes et la viande in vitro.

Une autre étude s’est penchée sur les habitudes gustatives du régime néerlandais. Les résultats ont montré que le profil gustatif du régime alimentaire le plus sain et le plus durable était moins savoureux, avec moins de notes d’umami, de salé et d’amertume. Ainsi, un régime alimentaire sain et durable serait un régime relativement terne et moins agréable à manger.

Le projet SHARP-diet pour les cultures européennes

SHARP est un acronyme pour Sutainability, Health, Affordable, Reliable and Preferable (durable, sain, abordable, fiable et préférable). Les données ont été recueillies auprès d’environ 8 000 adultes dans 4 pays de l’UE. Un modèle mathématique a été élaboré, basé sur des changements réalistes et probables du régime alimentaire de chaque population. Des recommandations alimentaires basées sur l’alimentation ont été utilisées et la taille des portions n’a pas été spécifiée, de sorte que le modèle permet d’adapter le changement à l’individu.

Sustainable diets- a SHARP model for the future - picture2

*Ces quatre micronutriments ont été ajoutés au modèle pour compenser les carences en nutriments.

L’approche de modélisation utilisée dans cette étude s’appuie sur ce qui est réellement consommé dans une population, par différentes personnes. Ce modèle combine les meilleures pratiques alimentaires pour améliorer la densité nutritionnelle, minimiser les émissions de gaz à effet de serre et apporter un changement minimal aux pratiques alimentaires et culturelles habituelles. Des groupes de pairs sont utilisés pour aider à motiver les gens à faire de meilleurs choix.

Sustainable diets- a SHARP model for the future - picture3

Le modèle utilise les recommandations alimentaires pour sélectionner les pairs dans les données de l’enquête qui font mieux que vous. Ceux-ci sont indiqués par des cercles verts. Ainsi, vos pairs vous fournissent les meilleures pratiques en termes de choix alimentaires, ce qui permet de disposer d’un support d’apprentissage et d’un point de référence culturellement et socialement appropriés que l’on peut utiliser comme objectif réaliste.

Comme le modèle n’est pas principalement basé sur les aliments, mais sur des combinaisons réelles d’aliments et de recettes que les gens utilisent réellement dans leur vie quotidienne, les régimes modélisés ont beaucoup plus de chances d’être acceptables, savoureux et abordables.

Il a été démontré que les régimes modélisés ont des habitudes de consommation de fruits et légumes qui se situent entre le régime actuel observé et les recommandations du EAT Lancet. On a constaté un glissement du bœuf vers le porc, la volaille, le poisson et les sources de protéines végétales.

Tous les produits laitiers ne sont pas égaux

Les produits laitiers liquides (Liquid dairy) ont un profil nutritionnel différent de celui du fromage et le modèle SHARP a fait la distinction entre les deux avec des résultats intéressants :

Sustainable diets- a SHARP model for the future - picture4

En moyenne, le modèle montre que la consommation de produits laitiers liquides peut augmenter de 28 %, alors que celle de fromage doit être réduite. Il existe des différences considérables entre les pays car le modèle utilise les meilleures pratiques de ses pairs. Le changement de régime alimentaire dépend donc de la culture alimentaire nationale.

L’avenir de la planète est dans nos assiettes

Professeur Van’t Veer a terminé son exposé par quelques conclusions clés :

  • Manger moins (en tenant compte des besoins des groupes vulnérables et des niveaux d’activité physique)
  • Augmenter les aliments d’origine végétale et laisser de côté la viande de ruminant, de porc, de poulet et de poisson.
  • Prendre en considération les nutriments laitiers tels que la vitamine B2 et le calcium, ainsi que la vitamine B12 et le zinc.
  • La nutrition durable est une question de quantité et de qualité, dans le cadre de paramètres tels que les disparités sociales, l’accessibilité financière, l’acceptabilité et le goût.
  • La transition vers les « protéines vertes » implique que le régime alimentaire total et l’adéquation des nutriments doivent être surveillés.

Merci à Azmina Govindji pour cette synthèse.

Azmina Govindji RD MBDA, fondatrice d’Azmina Nutrition, est une diététicienne primée, nutritionniste consultante, conférencière internationale et auteur de best-sellers. Elle est porte-parole de la British Dietetic Association et est régulièrement citée dans la presse nationale.

Vous pouvez la suivre sur twitter, linkedin ou instagram.

Pin It on Pinterest