Vos questions et nos réponses Alimentation durable

Quels sont les atouts du régime méditerranéen ?

What are the Mediterranean diet benefits? - YINI

Le régime méditerranéen (RM) est mondialement connu pour ses bienfaits et a été ajouté en 2010 à la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO. Non seulement ce régime est reconnu pour ses propriétés et sa densité nutritionnelles, mais il « englobe également un ensemble de compétences, de connaissances, de pratiques et de traditions, du paysage à la table, y compris les cultures, la récolte, la pêche, la conservation, la transformation, la préparation et, en particulier, la consommation alimentaire » [1].

Une alimentation territoriale historique, basée sur des aliments locaux et culturels

La diète méditerranéenne a une forte dimension historique et régionale. Elle est ancrée dans l’espace méditerranéen, qui a été, pendant des siècles, un point de passage de nombreuses civilisations : grecques, romaines, crétoises, italiennes…

Elle est traditionnellement caractérisée par une consommation élevée de légumes frais et locaux, de légumineuses, de fruits et de noix, et de céréales non raffinées, une consommation modérée de poisson frais et de produits laitiers et une faible consommation de viande et de volaille, et d’alcool, essentiellement du vin pendant les repas, s’il était accepté par la religion.

Le RM a été considérée en premier lieu car il était connu pour son efficacité dans la prévention des maladies coronariennes, en abaissant par exemple le taux plasmatique de cholestérol total [3-6].

Un modèle alimentaire varié et sain, qui présentent plusieurs avantages pour la santé

De nombreuses études ont été menées pour comprendre les conséquences du RM sur la santé. En 2017, une méta analyse [7] a montré que le RM réduisait le risque d’incidence des maladies cardiovasculaires de 45%, par rapport à un régime occidental classique.

Aujourd’hui, les bénéfices de ce régime dans la prévention des formes de malnutrition (obésité, diabète de type 2 [8]) ne font plus de doute. Il est également reconnu comme bénéfique dans la prévention du cancer [8-11], des maladies neuro-dégénératives [8] et dans la favorisation de la durée de vie [12,13].

« L’adoption du régime méditerranéen a été associée à une réduction significative de la mortalité totale, de la mortalité par maladie cardiovasculaire (MCV) et par cancer, et à un potentiel de réduction du risque de cancer. »Hachem et al, 2020.

En bref, le RM étant faible en graisses saturées, en protéines animales, riche en antioxydants et en fibres, il a été prouvé que ce régime est associé à plusieurs résultats positifs pour la santé, qu’il s’agisse de la prévention des maladies ou des formes de malnutrition.

Aujourd’hui, l’intérêt du RM va au-delà de la nutrition et de la culture. Une transition profonde vers des régimes alimentaires sains plus durables et des habitudes alimentaires respectueuses de l’environnement semble obligatoire. Des études suggèrent que les régimes diversifiés territoriaux (RDT) ou les régimes planétaires, y compris le RM, pourraient permettre des changements à la hauteur du défi auquel nous sommes actuellement confrontés [14].

Le régime méditerranéen est un régime territorial diversifié

Les régimes alimentaires territoriaux diversifiés sont des régimes spécifiques à une région comprenant principalement des aliments saisonniers et d’origine locale et qui présentent une alimentation de type flexitarien. Le flexitarisme combine en effet de grandes quantités d’aliments d’origine végétale, de faibles niveaux de viande mais un volume modéré de volaille, de poisson, d’œufs et de produits laitiers [15].

Les régimes alimentaires diversifiés territoriaux sont considérés comme des régimes alimentaires sains et durables, reposant sur quatre dimensions [16] :

  • Comporter des aliments sûrs et à forte densité nutritionnelle dans un schéma sain et varié
  • Être culturellement acceptables
  • Être accessibles, abordables et équitables
  • Avoir un faible impact environnemental et préserver la biodiversité ainsi que les ressources naturelles

Une revue récente [15] suggère que les régimes alimentaires diversifiés territoriaux, parmi lesquels figurent par exemple les régimes méditerranéen et néo-nordique, peuvent répondre aux besoins énergétiques et nutritionnels sans nécessiter de compléments alimentaires ou de conseils professionnels.

« En examinant les critères d’une alimentation saine et durable, nous montrons que les régimes flexibles et diversifiés sur le plan territorial peuvent offrir un équilibre optimal entre la santé humaine et la santé planétaire, sans qu’il soit nécessaire de recourir à des professionnels de la santé. »Moreno et al, 2021

Les enjeux environnementaux des régimes alimentaires locaux

En matière d’impact environnemental, les régimes alimentaires diversifiés territoriaux comme le régime méditerranéen (RM) sont d’une grande pertinence, car ils sont culturellement et économiquement profondément ancrés dans les habitudes des populations, et de fait, faciles à adopter et accessibles. En consommant des aliments cultivés et du bétail élevé localement, les habitants du pourtour méditerranéen valorisent les circuits courts évitant ainsi les exportations et le transport polluant des aliments, tout en favorisant l’économie locale.

À titre de comparaison, un régime alimentaire nord-américain quotidien a une empreinte écologique de 5,4 kg de CO2 rejetés dans l’atmosphère, alors qu’une personne qui suit un RM équivaut à 2,2 kg de CO2 émis quotidiennement en moyenne [17].

Ainsi, lorsqu’il est adopté localement, un modèle alimentaire territorial diversifié permettrait de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES), l’utilisation des terres et la consommation d’énergie et d’eau douce. Selon une étude menée en Espagne, l’adhésion au RM pourrait réduire les GES de 72% [18].

Néanmoins, il est important de noter que le régime méditerranéen n’a sa place que dans le bassin méditerranéen, où il exploite légitimement les ressources locales pour un régime adapté aux populations locales, sans importation excessive de produits et une consommation locale raisonnable.

Ce modèle, lorsqu’il est adapté au territoire étudié, présente des variations propres aux ressources de la région et aux facteurs socio-économiques des populations locales. Par exemple, le nouveau régime nordique reflète le RM dans les pays nordiques. Par conséquent, davantage de recherches et d’implication dans l’étude des nouveaux régimes territoriaux sont nécessaires dans le cadre de la transition vers des régimes alimentaires sains et durables.

C’est notamment l’initiative mise en place par l’UNESCO récemment autour des régimes « planeterranéens » visant à proposer un modèle d’alimentation saine et durable reprenant les propriétés nutritionnelles de la diète méditerranéenne, mais adaptée au niveau local (19).


Pour plus d’informations :

Références :
 [1] UNESCO . Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, 9e session. Publié en ligne en 2014
[2] Trichopoulou, A., Corella, D., Martínez-González, M.A., Soriguer, F., & Ordovás, J.M. (2006). The Mediterranean Diet and Cardiovascular Epidemiology. Nutrition Reviews, 64, 13-19..
[3] Martinez-Gonzalez Ma, Sanchez-Villegas A. The emerging role of mediterranean diets in cardiovascular epidemiology: monounsaturated fats, olive oil, red wine or the whole pattern? Eur J Epidemiol. 2004;19(1):9 –13
[4] Sacks FM, Willett W. Chewing the fat: how much and what kind? N Engl J Med. 1991;324:121–123. 4.
[5] Willett WC. Diet and health: what should we eat? Science. 1994;264:532–537. 5.
[6] Willett WC, Sacks F, Trichopoulou A, et al. Mediterranean diet pyramid: a cultural model for healthy eating. Am J Clin Nutr. 1995;61(suppl):1402s– 1406s.
[7] Grosso G, Marventano S, Yang J, et al. A comprehensive meta-analysis on evidence of Mediterranean diet and cardiovascular disease: are individual components equal? Crit Rev Food Sci Nutr. 2017;57(15):3218-3232.
[8] Lăcătuşu, CM, Grigorescu, ED, Floria, M, Onofriescu, A, Mihai, BM. The Mediterranean diet: from an environment-driven food culture to an emerging medical prescription. Int J Environ Res Public Health. 2019;16(6):942.
[9] Giacosa, Attilio et al. “Cancer prevention in Europe: the Mediterranean diet as a protective choice.” European journal of cancer prevention : the official journal of the European Cancer Prevention Organisation (ECP) vol. 22,1 (2013): 90-5.
[10] Tavani A, La Vecchia C. Fruit and vegetable consumption and cancer risk in a mediterranean population. Am J Clin Nutr. 1995;61:1374s–1377s.
[11] Trichopoulou A, Lagiou P, Kuper H, Trichopoulos D. Cancer and Mediterranean dietary traditions. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev. 2000;9:869 – 873
[12] Trichopoulou A, Kouris-Blazos A, Walhqvist Ml, et al. Diet and overall survival in elderly people. BMJ. 1995;311:1457–1460.
[13] Trichopoulou A, Costacou T, Bamia C, Trichopoulos D. Adherence to a Mediterranean diet and survival in a Greek population. N Engl J Med. 2003;348: 2599 –2608.
[14] Hachem, F., Vanham, D., & Moreno, L. A. (2020). Territorial and Sustainable Healthy Diets. Food and Nutrition Bulletin41(2_suppl), 87S-103S.
[15] Luis A Moreno, Rosan Meyer, Sharon M Donovan, Olivier Goulet, Jess Haines, Frans J Kok, Pieter van’t Veer, Perspective: Striking a Balance between Planetary and Human Health—Is There a Path Forward?, Advances in Nutrition, 2021; nmab139
[16] Food and Agriculture Organization of the United Nations; World Health Organization. (2019) Sustainable Healthy Diets, Guiding Principles.
[17] LACIRIGNOLA, Cosimo et CAPONE, Roberto. Mediterranean diet: territorial identity and food safety. New Medit: Mediterranean Journal of Economics, Agriculture and Environment= Revue Méditerranéenne dʹEconomie Agriculture et Environment, 2009, vol. 8, no 4, p. 2.
[18] Sáez-Almendros, S., Obrador, B., Bach-Faig, A. et al. Environmental footprints of Mediterranean versus Western dietary patterns: beyond the health benefits of the Mediterranean diet. Environ Health 12, 118 (2013).
[19] Vetrani C, Piscitelli P, Muscogiuri G, et al “Planeterranea”: An attempt to broaden the beneficial effects of the Mediterranean diet worldwide. Front Nutr. 2022 Sep 2;9:973757.

Pin It on Pinterest